Site du Journal tout l’immobilier - hebdomadaire tous ménages (158’765 exemplaires Certifiés remp/FRP)

Prix immobiliers dans les stations de ski

Chamonix grimpe, Crans-Montana glisse

Très attendu, le Rapport annuel Naef Prestige | Knight Frank sur le marché de la propriété dans les stations de ski des Alpes (portant sur l'année «anglo-saxonne» de juin 2016 à juin 2017) vient de sortir. Membre du réseau global Knight Frank, spécialiste reconnu de l'immobilier de luxe, Naef Prestige contribue activement à l'élaboration d'analyses sur l'évolution et les tendances du marché, permettant en l'occurrence de prendre le pouls de tout le territoire franco-suisse intéressant au premier chef les amateurs de neige de notre région.

Cette année, Chamonix domine l’indice des prix de l’immobilier de luxe alpin, avec des premiers prix en hausse de 4,8%. Si Gstaad (+1,8%), Andermatt (+1,6%) et St-Moritz (+0,5%) tiennent leur rang du côté suisse, tel n’est pas le cas de Verbier (-1,7%), Villars (-5%), Klosters (-7%), Davos (-8,2%) et Crans-Montana (-15%). En France voisine, Val d’Isère (+2,5%) et Courchevel ou Méribel sont en progression, tandis que Megève se maintient et que Saint-Gervais perd 2,9%.
Selon Naef, la force du franc suisse et les restrictions d’accès à la propriété pour les acheteurs étrangers (Lex Weber limitant le taux de résidences secondaires à 20%) sont à l’origine de la faible performance des prix dans les stations suisses. Les acheteurs se divisent de plus en plus en deux camps: ceux qui recherchent un logement de vacances pour les deux saisons afin de maximiser les locations à l’année et ceux qui ciblent les stations de haute altitude pour profiter d’un meilleur enneigement et d’une saison d’hiver plus longue. Quoique cette année, les Cassandre qui annoncent depuis une décennie qu’il n’y aura plus de neige à moins de 1500 mètres aient brusquement fait silence...

Les stations se renouvellent
Les stations de ski investissent massivement dans leurs installations pour se positionner en tant que centres de villégiature aussi bien pour la saison d’hiver que d’été, constate le Rapport. Les experts de Naef Prestige et de Knight Frank ont méticuleusement interrogé les principaux offices de tourisme pour mieux comprendre l’angle et la stratégie des investissements. A l’évidence, il ne s’agit plus uniquement d’installations de ski. Avec le nombre de non-skieurs qui représentent en moyenne 25% des visiteurs alpins, les stations réorientent leur offre de loisirs avec des parcs aquatiques, des spas, des pistes de luge (comme celle inaugurée à Noël à Megève, à la Princesse) ou de VTT, qui augmentent leur attractivité. Le nombre de touristes est en expansion, se muant parfois en acheteurs, en provenance des États-Unis, de l’Asie et du Moyen-Orient. Les Alpes couvrant plus de 205 000 kilomètres carrés, la décision du lieu d’achat peut s’avérer complexe; le caractère transfrontalier du Rapport constitue donc un atout pour les candidats à l’investissement... ou à la vente de leur bien.

Joies de la démocratie directe
Les effets de l’aménagement du territoire vu par Doris Leuthard et de l’acharnement du patriache Franz Weber - tous deux ayant recueilli une majorité d’assentiment auprès du corps électoral - sont en tout cas éloquents en matière de tourisme en Valais et aux Grisons: tandis que les stations françaises affichent en moyenne une hausse de 1% de leurs prix, leurs homologues suisses accusent un recul de 5%. 


Vincent Naville

Telecharger au format PDF