Toujours le «Neighborhub»

Déjeuner-débat de l’APGCI

L’Association professionnelle des gérants et courtiers en immeubles de Genève (APGCI) a innové en avril dernier, quittant le terrain des débats sur des sujets économiques et politiques d’actualité pour donner la parole à deux brillants étudiants, membres de l’équipe victorieuse de l’International Solar Decathlon 2017 à Denver, devant neuf équipes américaines et une hollandaise. Margaux Peltier et Alexandre Rychner ont épaté les professionnels de l’immobilier par leur maîtrise du sujet et leur aisance d’expression.

Alexandre Rychner, architecte EPFL en charge de la construction de la structure bois, et Margaux Peltier, étudiante en Master de génie civil à l’EPFL, ont partagé, dans leur exposé et lors des échanges avec l’assistance, l’enthousiasme de leur jeunesse, mais aussi la détermination et l’engagement de véritables entrepreneurs. La réunion, animée par notre rédacteur en chef Thierry Oppikofer, a notamment permis de partager rétrospectivement l’expérience vécue par cette équipe suisse qui, d’emblée, a pris un énorme risque: celui de bâtir une maison collective et non une villa familiale. «Si les Américains avaient été de mauvaise foi, ils auraient pu nous éliminer d’emblée», admettent-ils. C’est d’ailleurs le seul reproche qui leur fut fait par un jury simplement dépassé par l’excellence et l’ambition  du projet.

Autres obstacles à surmonter: respecter à la fois les normes suisses et américaines, assurer l’arrivée de tonnes de matériel… D’autres équipes étaient non seulement géographiquement plus près, mais avaient aussi l’habitude des sautes d’humeur du climat du Colorado: la tempête de neige a de quoi surprendre lorsque rien ne l’annonce!

Au service de tous

Tandis que les autres équipes restaient sur le terrain de maisons familiales économiques, le «Neighborhub» est apparu comme un bâtiment intelligent, chaleureux,  au service de tous, intégrant économie de ressources et partage. Les jurés – notre éminent confrère Etienne Oppliger l’a dit dans son article pages 4 à 6 –  ont décerné la première place aux Suisses pour les critères d’architecture, de gestion de l’eau, de santé et confort, d’exploitation de la maison, de stratégie énergétique et d’ingénierie, soit 6 épreuves sur 10. L’équipe a en outre remporté la deuxième place en électroménager (le réfrigérateur européen a été considéré comme nain!) et la troisième en communication.

Sur les onze projets retenus en finale, celui de l’équipe «Swiss Living Challenge» a fait partie des trois seuls qui ont pu terminer la construction de la maison dans le temps imparti, soit neuf jours. Les candidats romands arrivaient sur le chantier à 7 heures du matin pour repartir à minuit avec une précision typiquement helvétique, ce qui leur a valu le surnom de «Swiss Precision Team» de la part des Yankees.

A Fribourg

Le «Neighborhub» a été rebâti au «smart living lab» de Fribourg. La maison solaire suisse a été transportée dans douze conteneurs géants sur le site dit de «Blue Factory». Désormais, le prototype solaire se veut un lieu de rencontre et d’échange, afin de faire converger les habitants d’un quartier et d’imaginer avec eux des solutions pour consommer moins et mieux.

Au cours du débat, Margaux et Alexandre ont eu l’occasion de réaliser que dans la construction genevoise, on va droit au but: plusieurs intervenants les ont incités à déposer très vite des brevets et à créer des sociétés pour rentabiliser cet extraordinaire savoir-faire accumulé. Il semble que ce soit déjà en cours!

Vincent Naville

 



Télécharger