Nouveau quartier à Lancy

La Chapelle: aboutissement d’un projet d’envergure

Six ans après la pose de la première pierre, la seconde étape du périmètre de La Chapelle à Lancy complète aujourd’hui un quartier de 692 logements pouvant accueillir 2000 habitants. Baptisé «Oxygène», l’ensemble vient d’être inauguré, en présence des maîtres d’ouvrage, des élus et de multiples partenaires. Avec Les Vergers à Meyrin et les Communaux d’Ambilly à Thônex, il s’agit de l’un des plus importants programmes immobiliers à Genève.

Un vaste pré légèrement en pente sur lequel on aurait posé des blocs d’immeubles: voilà à quoi ressemble aujourd’hui le nouveau quartier de La Chapelle. Une certaine impression de calme se dégage du site, malgré la forte densité d’habitation. Huit immeubles sont venus s’ajouter aux dix bâtiments déjà construits sur un terrain de plusieurs hectares situé en Zone de développement 3, sur la commune de Lancy. Cette seconde étape (dite La Chapelle II) s’érige en contrebas de l’esplanade centrale – chemin de Compostelle – qui abrite en sous-sol un parking collectif. Des cheminements piétons guident les habitants en quelques minutes au Bachet-de-Pesay et vers la future station CEVA de Carouge-Bachet. Enfin, le quartier est accessible depuis le Carrefour de la Milice, à proximité immédiate de la sortie de l’autoroute de contournement, ce qui contribuera à délester l’itinéraire par la route de La Chapelle. Le secteur s’intègre dans La Chapelle – Les Sciers, espace porteur d’enjeux de première importance et qui constitue, à ce titre, l’un des périmètres d’aménagement coordonné (PAC) désignés par le Plan directeur cantonal.

La mixité avant tout

«Avec les 312 nouveaux logements de la deuxième tranche et les 380 de la première, ce quartier répond aux besoins des classes moyennes, des seniors, des familles et des jeunes couples aux revenus modestes qui doivent pouvoir se loger à Genève dans de bonnes conditions», a expliqué Thierry Apothéloz, conseiller d’Etat chargé du Département de la cohésion sociale. Le président de la Fondation privée pour des logements à loyers modérés (FPLM), Charles Spierer, s’est également félicité du succès de La Chapelle, «qui apporte une véritable solution à ceux qui en ont besoin, grâce à des loyers modérés peu habituels à Genève pour des logements neufs». A titre d’exemple, le loyer HLM contractualisé s’élève à 1175.- pour un trois-pièces, 1567.- pour un quatre-pièces et 1958.- pour un cinq-pièces. Hélas pour les éventuels intéressés: tout est déjà loué!

Cette volonté fait écho aux objectifs de la Fondation Berthe Bonna-Rapin (FBBR), propriétaire des lieux: «Le patrimoine de Berthe Bonna-Rapin, ses hectares de terrain, accueillent désormais un quartier qui donne de l’espoir à toutes celles et ceux qui face aux aléas de la vie et sans grands moyens, n’osaient croire à la possibilité d’accéder un jour à des logements abordables à Genève», a déclaré Jean-Pierre Tobler, président de la FBBR. Mais pour respecter l’objectif de mixité sociale, aux 159 logements subventionnés (régimes HLM, HM et HM-LUP) s’ajoutent 114 logements en loyer libre (ZD LOC) et 39 en PPE. En outre, quelques appartements ont spécialement été équipés pour les personnes à mobilité réduite.

La vice-présidente du Conseil d’administration de l’Hospice général, Fabienne Fischer, a également insisté sur la diversité du quartier, «notre devise «mieux vivre ensemble à Genève» semble se concrétiser à La Chapelle, avec une mixité à la fois des origines, des moyens financiers et des générations». Les équipements présents sur le site, tels que l’école intercommunale du Sapay et ses équipements sportifs (piscine et salles de gymnastique), la crèche, le centre d’animation pour aînés (CAD) et les jardins potagers y contribuent largement. «Nous réfléchissons d’ailleurs, avec la commune de Plan-les-Ouates, à instaurer une animation socio-culturelle, qui prendrait la forme d’un terrain d’aventures ou d’une maison de quartier, ceci afin de compléter de manière optimale les infrastructures publiques», a souligné Stéphane Lorenzini, conseiller administratif de Lancy. Tout un programme duquel la Ferme de la Chapelle, centre d’art et d’expositions adjacent au site, participera également en s’ouvrant au nouveau quartier. Les habitants n’ont d’ailleurs pas attendu pour se constituer en association et proposer des activités, telles que potagers urbains ou vide-greniers. Quant aux commerces, ils restent peu nombreux: seule une boulangerie fait office d’épicerie et de café, aux côtés d’une pharmacie.

Parc arborisé habité

Si l’image générale qui se dégage du quartier est relativement homogène, certains immeubles se distinguent toutefois par leur expression architecturale. C’est le cas du bâtiment de six étages sur rez-de-chaussée, comprenant 39 logements en propriété par étage (PPE) et conçu par le bureau

DL-C, Designlab-Construction (Lamunière-Devanthéry). L’immeuble se démarque par sa façade métallique avec la présence de balcons en béton préfabriqué disposés en alternance, de manière à créer de doubles hauteurs. Cette réalisation, tout comme les autres, est le fruit de concours d’architecture. Trois bureaux genevois ont ainsi été sélectionnés pour le développement de la seconde étape de La Chapelle: DL-C, Designlab-Construction SA (PPE), LRS Architectes (ZD Loc/HLM) et Bassicarella Architectes (HM/HM LUP). Ces derniers ont conçu 140 logements sociaux se répartissant dans trois immeubles. Le périmètre d’implantation de ces bâtiments a favorisé la création d’un large patio central (atrium), qui permet l’accès aux appartements via des coursives. L’essentiel de la réflexion s’est porté sur les questions de matérialité, de typologie, de lumière naturelle et d’interaction entre les locataires.

Enfin, le bureau Paysagestion s’est chargé des espaces extérieurs. La vaste prairie est ponctuée de grands arbres, qui alternent avec de petites variétés à fleurs (amélanchiers, cerisiers à fleurs, poiriers). Des espaces diversifiés, tels que potagers, jeux et petites places, sont aménagés afin de favoriser les rencontres entre habitants. Enfin, les cheminements transversaux relient les équipements publics et les deux étapes du quartier. Si la construction de La Chapelle est désormais achevée, les travaux se poursuivent sur le secteur des Sciers (commune de Plan-les-Ouates) et ses 700 logements prévus. A terme, ce sont près de 4000 habitants qui logeront à La Chapelle-Les Sciers. Avec l’arrivée prochaine du CEVA, cet ensemble ne fera plus partie de la couronne suburbaine: il constituera une véritable centralité urbaine.

Véronique Stein



Télécharger