LE CENTRE ARTISANAL SE DEVELOPPE

Les Moulières vibrent au rythme de la construction

Les artisans ont trouvé leur base: un site de 28 000 m2 à Satigny regroupe une vingtaine d’entreprises de la construction, soit 350 places de travail. A terme, elles seront 50, soit 500 places de travail, à œuvrer dans le périmètre. Suite à divers travaux de rénovation et de construction, le Centre artisanal des Moulières (CAM) a été réaménagé pour répondre aux besoins des PME de la construction. Désormais, les compétences de ces bâtisseurs genevois sont rassemblées en un même lieu.

En 2014, le Groupement des associations patronales de la construction (GAP), qui représente quelque 700 entreprises de la construction à Genève, avec 2800 emplois, a pu acquérir l’ancien site Honda Motors au 10, route des Moulières, dans la zone industrielle de Meyrin-Satigny-Vernier. «L’achat a été effectué par la Caisse de prévoyance LPP du Groupement, à savoir la CPC, qui a ainsi investi une partie de sa fortune dans l’avenir de la branche de la construction et de ses entreprises», explique Peter Rupf, secrétaire des associations du GAP et administrateur de la CPC.

Le Centre artisanal des Moulières facilite l’accès à la location de surfaces et d’ateliers pour les entreprises de la construction de Genève, à un prix avantageux et non spéculatif. Les membres de la Caisse bénéficient bien entendu de conditions privilégiées. Une opportunité saisie par certaines PME tenues de déménager suite à la création du PAV ou d’autres projets immobiliers d’envergure, ou simplement à la recherche de surfaces d’atelier aménagées de manière à faciliter leur travail quotidien.

Un site tourné vers l’avenir 

Le Centre des Moulières peut accueillir tous les corps de métier en lien avec la construction: gros œuvre, second oeuvre, métiers techniques, ainsi que parcs et jardins. Lorsque le site a été racheté par la Caisse, il était largement sous-utilisé. L’opération consistait à densifier en réhabilitant les locaux existants et en construisant de nouveaux bâtiments. Il en résulte un centre artisanal de qualité, économique (coût et utilisation du sol) et écologique.

En 2015, la rénovation du bâtiment B a permis de mener une phase test. Pour le Comité de valorisation du site, soit les présidents des associations du GAP, le président et l’administrateur de la CPC, soutenus par les architectes et ingénieurs spécialisés, ce fut l’occasion d’expérimenter les diverses techniques de «recyclage», déployées par la suite sur le reste du site: transformation de mezzanines en bureaux, circulation entre les différents niveaux avec des «artères» intérieures et extérieures, isolation pour répondre aux normes HPE, système de chauffage et enfin, création d’ouvertures en façades. Des zones de bureaux et de dépôt se sont ajoutées aux surfaces d’ateliers. En résumé, quasiment rien n’a été jeté, ni démoli. Tout a été réutilisé, transformé et complété.

Modèles de la construction

La Caisse de prévoyance poursuit la volonté d’ériger, selon les règles de l’art, des bâtiments exemplaires en matière d’esthétique, d’impact écologique et de durabilité. L’entrée principale du périmètre est ainsi marquée par des «phares», deux cubes construits en verre, métal et bois, destinés à des bureaux; les cages d’escalier sont en béton brut et les toitures végétalisées. Deux autres bâtiments, de couleur jaune et orangée, ont été livrés récemment aux locataires. Dans une zone industrielle plutôt triste et grise, ils offrent un contraste appréciable. Leur structure est en bois d’épicéa lamellé-collé entre dalles béton, le revêtement de façades est constitué de panneaux en bois de divers formats, très fins et teintés dans la masse.

Une des plus grandes centrales photovoltaïques de Suisse utilisant la récente technologie SolarEdge sera prochainement installée sur la majorité des toitures. Non seulement elle produira plus d’électricité que le site n’en nécessite en autoconsommation, mais le surplus sera réinjecté dans le réseau. Après la finalisation des constructions, le GAP entend lancer de nouveaux projets au CAM, en particulier à l’emplacement du grand parking situé à l’arrière. Grâce à ce centre artisanal, la CPC espère contribuer à long terme au développement et au maintien d’un tissu économique de PME et d’artisans sains, avec des emplois de proximité, qui paient leurs impôts à Genève et forment des apprentis. Une belle initiative privée de la CPC et des associations du GAP, qui montre bien que le salut ne vient pas forcément de l’Etat!

Véronique Stein

 



Télécharger