Piscines privées

Maîtrisons et respectons l’eau!

A Genève, les propriétaires de piscines sont parfois accusés de ne pas respecter l’environnement. Récemment, certains journaux ont donné avec complaisance de l’écho à la thèse selon laquelle les propriétaires de villas, surtout avec piscine, seraient de gros méchants. Qu’en est-il réellement? L’Association professionnelle des piscinistes genevois (A2PG) fait le point sur la question.

– Que représente concrètement le secteur des piscines à Genève? 

– On peut avancer le chiffre de 4500 piscines existantes dans le canton (dont 5% ne sont pas autorisées). En termes économiques, le secteur correspond à une cinquantaine d’entreprises enregistrées, générant plusieurs centaines d’emplois (piscinistes, maçons, carreleurs, etc.). Enfin, tout propriétaire de piscine contribue largement à la collectivité, car il est soumis à des impôts supplémentaires.

– Que répondez-vous à ceux qui demandent aux pouvoirs publics d’interdire les nouvelles piscines?

– On peut tout interdire, y compris les piscines, mais il faut alors se poser la question du lavage des voitures, de l’arrosage, de ceux qui privilégient les bains plutôt que les douches… Si certains montrent du doigt, notamment par voie de presse, les propriétaires de piscines, ils doivent faire attention à ce qu’ils disent. Il est louable de s’inquiéter des questions environnementales et du gaspillage de l’eau, mais il ne faut pas se tromper de cible. Selon nos calculs, l’utilisation d’une piscine familiale moyenne correspond à l’empreinte «eau» de la fabrication de six paires de jeans ou de quatre kilos de viande de bœuf! Autres faits beaucoup plus inquiétants que celui des piscines: 4% de l’eau douce disponible dans le monde est utilisée pour la fabrication de vêtements. Ou encore: l’eau utilisée pour la production de biens et services en France équivaut à 90 milliards de m3 par année.

– Qu’implique la maintenance d’un bassin?

– Les nouveaux moyens de traitement d’eau des piscines sont de plus en plus performants. Les systèmes comprennent avant tout une bonne filtration, ce qui contribue à 80% au traitement d’eau. Par ailleurs, on utilise de moins en moins de produits, diffusés aujpurd’hui dans l’eau à dosage «homéopathique». On mesure exactement les teneurs en désinfectant, le potentiel hydrogène (PH) et on corrige en fonction des situations. Il y a 20 ans, certains dosaient à l’aveugle, ce qui donnait lieu à des excès… mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Des procédés de traitement encore plus écologiques existent sur le marché, générant leur propre désinfectant, aucun produit de désinfection n’étant ajouté. Les divers systèmes doivent répondre à une norme européenne relative aux piscines familiales, exigeant que l’eau soit filtrée, traitée, désinfectée et désinfectante, comme l’eau du réseau.

– Et en termes de renouvellement de l’eau des piscines? 

– Il faut tout d’abord savoir que l’on ne vidange pas l’ensemble des piscines du canton chaque année! La vidange n’est pas nécessaire de manière systématique; elle n’est réalisée que s’il y a un réel problème technique ou sanitaire. Selon le moyen de traitement utilisé, l’eau des piscines est renouvelée tous les trois ans. L’Office cantonal de l’eau exige que la vidange ne se fasse plus dans les eaux claires, mais dans les eaux usées. Elle ne part donc pas dans le sol, ni dans les rivières, mais revient dans les réseaux. Les propriétaires de piscines démontables sont soumis à la même réglementation: ils sont tenus de vidanger leur bassin dans les canalisations d’eaux usées.

– L’éclairage des piscines ne contribue-t-il pas à la pollution lumineuse?

– Oui, mais seulement dans une certaine mesure. D’expérience, il est constaté que les lampes – actuellement quasiment toutes à LED et correspondant à environ 100-150 Watts pour une piscine – ne sont que très peu utilisées par les propriétaires, si ce n’est pour des questions de sécurité. Avec des enfants qui jouent autour d’un bassin au crépuscule ou lors d’une belle soirée estivale, il est préférable d’éclairer avant qu’un accident ne se produise!

– Le mot de la fin: que recommandez-vous au particulier qui souhaite bénéficier des plaisirs d’une piscine tout en veillant à l’environnement?

– Afin de garantir des installations faites dans les règles de l’art, nous orientons les propriétaires vers des professionnels du domaine. Que ce soit pour la construction de leur piscine, sa mise en service ou son entretien, des entreprises spécialisées sont là pour fournir des conseils techniques pertinents. Grâce à leur expérience, ces professionnels assurent un travail de qualité conforme aux réglementations en vigueur.

Propos recueillis par Véronique Stein

 



Télécharger