DEUX RESTAURANTS GARE DES EAUX-VIVES

Nouvelles saveurs aux portes du Léman Express 

Si les émergences de la station CEVA et la Nouvelle Comédie avec sa façade ciselée se dressent déjà, l’esplanade de la gare des Eaux-Vives reste encore dénuée d’animation. Les deux nouveaux restaurants qui s’ouvrent ce printemps contribueront certainement à donner vie à cet espace public. Toute une palette de délices gourmands se déclinera au restaurant italien «Gigi – Cucina & Bar» et à «La Micheline», un établissement «bistronomique».

Derrière ces deux projets ambitieux, Yves Grange, associé de la régie Grange & Cie SA et co-fondateur du restaurant-œnothèque «Les Trois Verres» (aujourd’hui revendu), ainsi que Nicolas Gonet, associé de la Banque Gonet & Cie SA et propriétaire du restaurant «Le Lyrique». Tous deux sont à la tête de leur entreprise respective, mais ont une même passion: la restauration. La fille d’Yves Grange, Camille, prendra la direction des établissements. Cette jeune titularisée de l’Ecole Hôtelière de Lausanne et au bénéfice du diplôme cantonal de cafetier sera en charge non seulement de la gestion courante des lieux, mais aussi de l’organisation d’événements particuliers, comme des afterworks et autres rencontres.

Procédure de concours exigeante

«En vue de la mise en service du Léman Express le 15 décembre dernier, les CFF étaient à la recherche d’une offre de gastronomie attractive, qualitative et garantissant une qualité d’accueil élevée pour les deux restaurants prévus au rez-de-chaussée de leur immeuble. Au terme d’un appel d’offres et d’une sélection rigoureuse, Yves Grange et Nicolas Gonet ont été désignés comme lauréats pour y créer leurs établissements», indique un communiqué de presse des CFF. Les surfaces ayant été livrées brutes durant l’été 2019, Yves Grange et Nicolas Gonet, en tant que maîtres d’ouvrage, ont mis en place le concept et réalisé des travaux d’envergure. Ils ont mandaté le bureau d’architectes d’intérieur Firas Balboul Architecture + Design, connu pour ses réalisations créatives, notamment dans le domaine de l’hôtellerie-restauration.

Ces deux espaces, d’une surface totale de 520 m2, s’inscrivent dans le pôle d’habitation, d’emplois et de services qui se construit autour de la gare Léman Express des Eaux-Vives, avec la Nouvelle Comédie comme point de mire. Pas moins de 50 000 voyageurs et pendulaires y transiteront chaque jour. Dans ce nouveau quartier, on pourra faire une multitude de choses: habiter, travailler, faire du shopping et du sport, voir un spectacle… et s’offrir une pause gourmande et conviviale.

La complémentarité au cœur du concept

L’avantage de ces deux espaces de restauration si rapprochés? «Beaucoup de synergies: des commandes groupées, une trentaine de collaborateurs soudés, mais surtout une importante réduction du gaspillage alimentaire», insiste Yves Grange. En cuisine, on trouvera Andres Arocena, un trentenaire d’origine basque, qui s’est formé auprès des grands noms de la gastronomie. En sa qualité de Chef exécutif de La Micheline et de Gigi, il interprétera les délices méditerranéens. De quoi surprendre les palais des convives!

Inauguré il y a quelques jours, Gigi est un restaurant italien, mêlant caractère festif et authenticité transalpine. Il dispose de 70 couverts intérieurs et d’une belle terrasse ensoleillée située sur l’esplanade de la gare.  Une cuisine fraîche faite maison et des recettes inspirées des saisons seront déployées. Que ce soit au pied de l’imposant bar à cocktail ou accoudés à la longue table familiale, c’est dans une atmosphère chaleureuse et boisée que viendront s’attabler les gourmands. Plafonds acoustiques industriels à la technique apparente, carrelages artisanaux aux couleurs chatoyantes, matériaux bruts, tables en bois et en marbre, mobilier de brocante retapé, les hôtes seront séduits par une décoration pleine d’originalité.

Ceux qui opteront pour la bistronomique Micheline (rappelons que la Micheline était le train SNCF reliant Annemasse aux Eaux-Vives avant le CEVA. Le nom de Micheline venait simplement des premiers modèles de ces autorails vers 1930, chaussés de pneus Michelin) dégusteront des mets à mi-chemin entre «bistrot» et «gastronomie». «La Micheline a marqué les esprits des habitants du quartier. L’attribution de ce nom nous paraissait une évidence. Un clin d’œil au passé dans un lieu résolument contemporain!», relève Yves Grange. A l’étage du restaurant est aménagée une mezzanine cosy, idéale pour des événements privés et offrant une vue panoramique sur la Nouvelle Comédie. Une ambiance lumineuse, mais intimiste, dans laquelle se mêlent bois, métal, cuirs, velours et végétation. Dès l’arrivée des beaux jours, les convives s’installeront avec plaisir sur la spacieuse terrasse ensoleillée, orientée plein sud. Sans aucun doute, la gare de demain ne sera pas seulement un lieu de transit: il fera bon s’y attarder – et s’y attabler – quelques moments.

Véronique Stein

 



Télécharger