Le mythique cinéma Plaza renaîtra

Vivant et impatient de le montrer. Après le rachat, en 2019, du cinéma Plaza et de l’ensemble Mont-Blanc Centre par la Fondation Wilsdorf, le lauréat du concours d’architecture pour la rénovation de la salle et du bâtiment conçus par Marc Saugey sera connu en juin. Sans attendre la réouverture prévue à l’automne 2023, un programme d’interventions artistiques a démarré, avec la mise en exergue de l’enseigne du cinéma et des affiches sur le thème «Il était une fois…».

«Vous me remercierez plus tard. You will thank me later». Peut-être avez-vous déjà aperçu, rue de Chantepoulet, ces quelques mots apparus sur l’enseigne mythique du cinéma Le Plaza? En approchant du bâtiment, vous serez aussi attiré par le rouge des nouvelles affiches arborant le logo redessiné du cinéma. A l’initiative de ces commandes artistiques qui réveilleront les lieux avant et pendant les travaux, Jean-Pierre Greff, président de la Fondation Plaza et directeur de la HEAD, Haute école d’art et de design à Genève, a fait appel à plusieurs artistes locaux pour préparer le public à la renaissance de ce lieu qui deviendra l’un des cœurs battants de la Cité.

Selon la situation sanitaire, des événements culturels pourraient également se dérouler jusqu’à la réouverture des lieux. En attendant, les affiches sérigraphiées de Fabienne Radi, artiste fribourgeoise vivant à Genève, se dérouleront sur trois ans en trois feuilletons, prenant tous pour base des éléments trouvés dans les 890 films projetés au Plaza depuis son inauguration en 1952. La réalisation visuelle des affiches a été confiée au designer graphique Clovis Duran. Quant à l’artiste genevois Christian Robert-Tissot, auteur notamment du fameux néon «Dimanche» sur la plaine de Plainpalais, il propose son titre de film fictif sur deux lignes, une en noir et en français, l’autre en rouge et en anglais, référence aux VO sous-titrées, et d’autres titres suivront au fil des saisons.

L’enthousiasme de celui qui mène la danse est palpable. «Nous sommes pressés de faire revivre l’architecture du Mont-Blanc Centre et de réactiver l’histoire de cette salle, son imaginaire et la relation quasi affective que les Genevois entretiennent avec elle». Une histoire qui a survécu à une folle aventure. Fermée depuis 2004, menacée de mort en 2015, défendue par des mobilisations diverses, elle a finalement été sauvée par son rachat, en août 2019, par la Fondation Wilsdorf (qui préfère généralement qu’on cite «une Fondation privée genevoise»). Dans la foulée, la Fondation Plaza est créée pour lancer la renaissance de ce lieu mythique en développant un projet inédit de Centre culturel Cinéma et Architecture. Un objectif qui prend l’allure d’un double hommage: la mise en lumière d’une salle obscure qui se distingue par sa modernité, et un hommage à l’architecte genevois Marc-Joseph Saugey (1908-1971) à travers cette œuvre urbaine. L’ensemble est désormais classé, figurant ainsi au panthéon des 279 objets d’exception du patrimoine bâti genevois, et bénéficie à ce titre des mesures de protection les plus élevées.

Une restauration exemplaire

Dès lors, les choses avancent, et vite. Organisé par Jacques Roulet, architecte et membre du Conseil de la Fondation Plaza, le concours d’architecture lancé en septembre dernier auprès de quatorze architectes, dont douze genevois, un suisse-alémanique et un français, donnera lieu à un premier jugement en février. Le lauréat sera désigné fin juin, à l’issue d’un deuxième tour. Après une année d’étude, les travaux débuteront en juillet 2022, la procédure d’autorisation de construire étant terminée à cette date. L’objectif: une réinterprétation et une restauration exemplaire de l’œuvre de Saugey dans son esprit originel, tout en répondant aux exigences d’un cinéma contemporain. Ramenée au nom du confort de 1250 à 750 places assises avec parterre et balcon, la salle conçue en éventail, typique de l’époque, restera la plus grande du centre-ville. Un espace clef du Centre culturel, qui intègrera notamment une librairie, une salle de documentation, un espace d’exposition et une salle «actualité» équipée d’écrans délivrant toutes les informations sur le cinéma suisse et en Suisse.

Concessionnaire, la Brasserie «Europe» sera également rénovée et participera à cet écosystème qui sera ouvert au public en permanence. Le budget de restauration est d’environ 16 millions de francs. L’exploitation du centre dont l’accès aux espaces, excepté la salle de cinéma, est gratuit sera en partie financée par la location des lieux propres à accueillir des conférences culturelles et par le soutien de la Fondation Wilsdorf. Ce projet qui vise l’excellence se prêtera par ailleurs à établir des partenariats avec les grandes manifestations cinématographiques genevoises, tel le Geneva International Film Festival (GIFF).

Viviane Scaramiglia

 



Télécharger