Entreprise générale: nouveau cap pour Kheops Construction

Dans le paysage des entreprises générales actives dans notre région, Kheops Construction, fondée en juin 1999, s’est acquis une excellente réputation, principalement en matière de surélévations et de rénovations. Une nouvelle étape décisive vient d’être franchie par la société genevoise, qui reçoit le renfort de Philippe Blanc et de quatre autres collaborateurs chevronnés et va développer son activité de constructions neuves.

Philippe Blanc, architecte de formation, est devenu une figure familière de la construction à Genève, œuvrant dès la fin des années quatre-vingt à des postes de responsabilité dans plusieurs grandes entreprises générales. Des relations de confiance se sont nouées avec les maîtres d’ouvrage privés et institutionnels, au fil de grands chantiers parfaitement maîtrisés. C’est notamment le cas du régisseur et promoteur Stéphane Barbier-Mueller: «J’ai connu et apprécié la qualité du travail de Philippe Blanc lors du grand projet des Charmilles, l’un des plus importants jamais développés en ville de Genève, dans les années 1990. L’idée de joindre nos forces dans le cadre de Kheops était donc tout à fait naturelle».

Michel Strazza, Marco Pistarà et Philippe Blanc, les trois administrateurs opérationnels de Kheops, partagent l’expérience de l’architecture, puis du passage à l’entreprise générale. «Nous allons développer, avec l’arrivée de cette équipe rodée et de son chef, le secteur des projets neufs. Dans une entreprise générale, ce qui compte est la capacité de gérer les opérations de A à Z, des études au projet, aux plans, à la réalisation et à la finition. Les compétences de leurs interlocuteurs sont essentielles pour nos clients: une relation d’estime mutuelle se crée et on ne change pas d’interlocuteur», explique Michel Strazza.

Ce dernier a longtemps fait partie de la Commission des sites (CMNS), et la gestion des surélévations et rénovations en terrain patrimonial est clairement l’un des points forts de Kheops. «Nous nous concentrons sur des projets dans la région genevoise et vaudoise proche, constituant une alternative de taille humaine aux grands groupes. Kheops a établi son succès sur ce «cousu-main»: pas de tape-à-l’œil, mais des prestations qualitatives, dans le respect scrupuleux des délais et des budgets», dit Stéphane Barbier-Mueller, président de la société. Sise au boulevard Saint-Georges, l’entreprise compte maintenant une vingtaine de collaborateurs. Elle fonctionne en toute indépendance de la Régie Pilet & Renaud, également présidéepar Stéphane Barbier-Mueller, et collabore fréquemment avec d’autres acteurs immobiliers et diverses entreprises de construction. L’humain, là encore, reste essentiel.  Les trois compagnons sourient: «C’est toujours quand nous «sentons» un projet que nous acceptons le mandat».

Forte demande

Les surélévations passent pour être ardues à finaliser à Genève. Michel Strazza corrige cette image en citant une dizaine de chantiers en cours, de nouveaux mandats arrivant régulièrement. «C’est un travail complexe, mais il est possible d’apporter de l’innovation et de la qualité malgré les contraintes», résume-t-il. Kheops gère aussi des rénovations de grands immeubles, notamment à la Gradelle, ou des travaux de transformation d’une propriété de maître impliquant des interventions sous le niveau du lac. Là encore, comme pour des projets neufs, la demande ne cesse de croître et les forces nouvelles sont bienvenues.

«Notre ambition est simple: construire de beaux objets neufs avec la même qualité architecturale et technique, le même sérieux et les mêmes bons résultats que dans nos autres segments d’activité», résume Stéphane Barbier-Mueller.

Thierry Oppikofer

 



Télécharger