Centre commercial

Balexert, lumineuse métamorphose !

Leader romand et dans le top 3 au niveau national, le centre commercial et de loisirs célèbre ses cinquante ans en s’offrant la plus importante rénovation de son histoire. Un chantier de la démesure au résultat impressionnant.

Sur l’immense place centrale, une nouvelle toiture entièrement translucide de quelque 2’800m2. Au sol, sur plus de 15’000m2, du marbre blanc aux grands motifs noirs en X, échos aux grandes alvéoles du plafond dont la structure intègre des LED. De nouveaux garde-corps transparents qui participent à la luminosité ambiante, des escaliers habillés de blanc. Un nouvel escalator qui rejoint le parking jusqu’au deuxième sous-sol. Après deux ans et demi de travaux budgétés à 60 millions de francs, Balexert s’est offert une saisissante mise en lumière. Repensé dans sa globalité, le centre commercial déploie une mise en scène sobre, élégante et unifiée, libérée de diverses adjonctions parfois disparates.

Optimisme économique

Améliorer le mix d’enseignes, consolider les existantes et suivre les tendances du marché, tels sont les objectifs de cette remarquable métamorphose. «Un centre commercial ne peut jamais se reposer sur ses acquis», relève le directeur des lieux, Ivan Haralambof. A fortiori quand on s’appelle Balexert, un centre qui depuis sa création en 1971 a toujours été le leader régional à force d’agrandissements successifs et de modernisation. «Quand une marque importante veut pénétrer le marché helvétique et s’implanter dans un centre commercial, elle privilégie Glattzentrum à Wallisellen près de Zurich. Pour la Romandie, le passage obligé, c’est généralement Balexert.» Faisant fi de la Covid, de nouveaux commerces, comme Levi’s, premier magasin à Genève, Läderach Chocolat ou encore le salon de thé Martel, sont venus s’ajouter aux quelque 130 enseignes du centre, tandis que Maisons du Monde, spécialiste de la déco d’intérieur qui vient tout juste de s’installer, comble, sur 1800m2 de surface totale, le dernier secteur qui manquait à l’éventail des propositions.

Face à la concurrence des commerces en ligne, du tourisme d’achat et du franc fort qui valurent à Balexert une forte contraction de son chiffre d’affaires en 2017 (-3,1% à 394 millions de francs), Ivan Haralambof reste serein. «Il y aura toujours la place pour les ventes physiques. Ramené à moins de 400 millions de francs durant la crise sanitaire, notre potentiel de 450 millions devrait être retrouvé dans les deux ans, compte-tenu des tournures incertaines de la pandémie.» Sa sérénité est consolidée par le fait que Balexert est bien plus qu’un centre commercial et offre tout ce que la Toile n’offre pas. «Avec ses dix-neuf restaurants, la Fnac, deux banques, treize salles de cinéma, seize pistes de bowling en lieu et place de l’Ecole-Club Migros qui s’est installée à Pont-Rouge, une poste, un fitness, un centre dentaire, un centre médical, une garderie, le centre fait partie du quotidien des Genevois.  C’est un véritable lieu de vie, de rencontres et d’animations qui accueille plus de 8 millions de visiteurs chaque année. L’embellissement des lieux est aussi la mise en évidence qualitative de cette empreinte sociale.»

Un chantier aux ambitieux défis

« Toutes les transformations ont été menées sans fermeture des commerces, hormis celle obligée durant les  quelques mois du confinement. Rester attractif et fonctionnel a représenté un gros challenge», relève Ivan Haralambof. Ce ne fut pas le seul défi. Exit la structure métallique d’origine, clin d’œil aux hangars aéroportuaires des années 70. Exit le lanterneau central, seule source de lumière naturelle. La pose des nouvelles arches métalliques réalisée par Hevron S.A. a constitué une étape spectaculaire du chantier. Il a fallu faire appel à la plus grande grue mobile de Suisse pour soulever et mettre en place cette toiture dont chaque élément pèse plus de 5 tonnes. Supportée par cette puissante structure, la couverture translucide est composée de coussins en EFTE produits et installés par Taiyo Europe GmbH. Avantageuse alternative au verre, l’EFTE peut varier en fonction de la luminosité désirée et de la météo. Pour sa part, la démolition lourde, bruyante et poussiéreuse des sols vétustes a été menée en nocturne. Quant à la réalisation des nouveaux sols en marbre, exécutée au sein des activités commerciales par le consortium d’entreprises Jacques Masson S.A. et Seical Sàrl, elle a réclamé une coordination très précise. Le travail de calepinage a lui aussi été extrêmement minutieux afin que le dessin au sol corresponde parfaitement à celui du plafond.

Signalétique renouvelée

Ponctuant cette rénovation d’envergure, une signalétique totalement renouvelée, des nouveaux aménagements, tels les bancs équipés de prises et de ports USB, des plantes végétales, de nouvelles poubelles à tri sélectif et un écran géant de 62m2 sont venus se greffer au programme. Les entrées aux parkings P1 et P2 ont également subi un lifting pour être plus pratiques et accueillantes. Alors que les façades périphériques du centre commercial avaient été rénovées en 2017, des nouveautés sont déjà à l’ordre du jour pour un proche avenir, notamment une transformation du parvis devant l’entrée située avenue Louis-Casaï.

Viviane Scaramiglia avec la collaboration de Serge Guertchakoff

 



Télécharger