Cinémas

Rares sont les salles à avoir survécu 

Avant le sauvetage in-extremis du Plaza, Genève est parvenu à sauver une dizaine de salles de cinéma. Notre rappel historique

Apparu à l’occasion de l’Exposition nationale de 1896 à Genève, le cinéma a vu naître et mourir de nombreuses salles. Le premier fut l’Alpineum ouvert en octobre 1986 dans l’ancien diorama de l’avenue du Mail, mais qui fermera en 1899. Il faut attendre ensuite 1907 pour qu’un premier cinéma ouvre ses portes: ce sera le Cinébref, sis, 11 rue du Marché, qui commence par se nommer le Royal Biograph. Va suivre en septembre 1909 l’Apollo-Théâtre qui reprend les locaux du Cirque Rancy (d’où l’origine de la « place du Cirque »), ce cinéma va s’appeler par la suite Panorama. Enfin, lorsque le bâtiment est démoli, il est remplacé par le Paris en 1957, rebaptisé Manhattan. Il ferme ses portes en janvier 1988, avant que l’immeuble soit racheté par Metin Arditi, lequel restaure la salle imaginée  par l’architecte Marc Saugey, laquelle a été baptisée Auditorium Fondation Arditi. Peu après, en avril 1912, l’Excelsior naissait à la Corraterie, avant de connaître plusieurs soubresauts et de rebondir magnifiquement depuis quelques années sous la direction de Didier Zuchuat, sous l’enseigne Ciné 17. Moins chanceux, le Studio 10 à Rive qui avait vu le jour la même année sous le nom Trianon Lyrique, avant de devenir l’American Ciné dès 1914, puis de finir par fermer boutique en janvier 1985. Même triste destin avec le Central (rue Chantepoulet 23) qui a définitivement fermé à fin 2011 après avoir été créé par un forain le 16 mars 1912.

N’allez pas croire que l’année 1912 a forcément porté malheur aux nombreux cinémas qui se sont lancés alors. Ainsi le City (ex-Moderne Cinéma), ouvert le 14 novembre 1912, n’a jamais fermé depuis lors. Autre exemple, en 1913 ouvrait le Cinéma Palace, devenu le Rex, qui sera démoli en 1977 pour faire place à Confédération Centre où trois salles ont été inaugurées en mai 1984. Qu’adviendront-elles après la transformation complète de ce centre commercial ?

Nombreuses fermetures

Sis dans les Rues-Basses, le Molard a fermé en mars 1984. Il est suivi en juin 1984 par le cinéma L’Ecran (la salle existe désormais sous le nom les Salons). En avril 1986, c’est au tour des trois salles Les Classic (anciennement le Star, 24 rue des Alpes, créé en 1957) d’être démolies à l’occasion de la construction du centre commercial Les Cygnes. Le Corso ferme en avril 1989. L’Alhambra (ouvert brièvement sous le nom d’Omnia en 1920) a subi un sort proche le 1er mars 2001. Le fameux Hollywood sera remplacé par le premier Apple Store de Genève après sa fermeture le 7 août 2006. Lancé en 1925, ce cinéma s’appelait en son temps l’Etoile, avant d’être renommé Capitole.

Après avoir survécu à un incendie en décembre 1995, l’ABC, rebaptisé Les Arcades, a cessé son activité en janvier 2003. A son démarrage, ses promoteurs l’avaient nommé le Grand Cinéma, puis Rio. Les deux salles du Cosmos à Meyrin ont fermé le 21 septembre 2004. Plus récemment, le Broadway (rue du Cendrier 22) a été remplacé par un restaurant durant l’été 2009. Le Forum à Chêne-Bougeries a cessé de diffuser des films depuis 2010. Mais surtout, le multiplexe du Rialto qui proposait 1351 fauteuils répartis entre 7 salles (après avoir été le plus grand cinéma de Genève à son ouverture en mars 1932) a fermé le 10 janvier 2016. Entre temps, les trois salles des Grottes (ex-Europlex Rialto Servette, puis Titanium), inaugurées en 1988, ont cessé leurs activités le 31 octobre 2008.

Quelques sauvetages sont tout de même à signaler, outre le Plaza et le Manhattan : le Bio à Carouge, lequel avait été ouvert en 1928 et qui avait fermé en avril 2003, avant d’être sauvé par une votation populaire. Même issue heureuse pour les salles du Scala à la rue des Eaux-Vives, pour le Cinérama Empire à la rue de Carouge (ancêtre du Colibri créé en 1923 à cet emplacement) qui fut un temps menacé d’être remplacé par un fitness. Idem pour le Nord-Sud à la Servette, relancé en août 2019 (et dont la construction remonte à 1951) et le Cinélux à la Jonction. Rappelons que dans le même temps, deux énormes multiplexes ont vu le jour : Pathé Balexert en novembre 1999 (13 salles représentant près de 2750 places) et l’Arena à la Praille dès juin 2014 (9 salles totalisant près de 1600 places). Des salles qui ont toutes énormément souffert de la crise sanitaire.

Serge Guertchakoff

 



Télécharger