Etude Knight Frank: les stations de ski suisses en tête du classement

La 13e et dernière étude de la société internationale Knight Frank indique qu’en 2021, les stations de ski suisses ont pris la tête de l’indice des prix de l’immobilier de luxe alpin.

«Après dix-huit mois d’agitation et deux saisons de ski perdues, la montagne est le lieu incontournable où s’évader, relève Kate Everett-Allen, responsable de la recherche résidentielle internationale chez Knight Frank. Si les réservations de locations immobilières sont un indicateur clé de la demande de vente, nous nous attendons à une saison 2021-2022 active. Le défi sur certains marchés, tels que les stations suisses de St-Moritz et Verbier, est désormais la pénurie de stock.»

Comme le relève le communiqué de presse de Naef Prestige, on assiste à une hausse de la demande en matière d’achats d’une résidence de ski en raison de la pandémie: 18% des acheteurs mondiaux l’envisageaient en juin 2021, contre 11% en décembre 2020. Le Global Buyer Survey confirme cette tendance avec la clientèle asiatique: 22% envisagent une telle acquisition. «Le moment est opportun, étant donné que le monde entier se prépare pour les Jeux olympiques d’hiver de Pékin en février 2022. Les experts de l’industrie du ski estiment depuis longtemps que l’Asie joue un rôle essentiel pour l’avenir de ce sport, en contribuant à accroître la population mondiale de skieurs», ajoute Kate Everett-Allen.

Un constat que confirme Jacques Emery, à la tête de la division Naef Prestige: «A ma connaissance, tous les chalets et les appartements de haut standing sont d’ores et déjà loués à Verbier entre Noël et Nouvel An. Et le constat est quasiment identique en ce qui concerne le reste de la saison. Je constate également qu’un des impacts de la Lex Weber a été de favoriser la construction de résidences hôtelières. Or les ressortissants étrangers sont intéressés à investir dans ce type de biens.»

St-Moritz en première place

Knight Frank a élaboré un indice des prix de l’immobilier de luxe alpin en se basant sur 20 stations suisses et françaises. Cet indice est basé sur un chalet de quatre chambres au bénéfice d’une situation idéale en plein centre. Les stations de ski suisses ont pris la tête de cet indice à la fin du second trimestre 2021, ceci pour la première fois depuis trois ans. L’explication des chercheurs de Knight Frank: «Cette situation est induite par une pénurie de stock et une forte demande suisse. Mais la pandémie a également mis en lumière les avantages de l’indépendance de la Suisse. La capacité du pays à fixer ses propres réglementations de voyage, sa décision de rouvrir ses stations de ski en décembre 2020 (unique en Europe) et sa gestion globale de la pandémie ont vivement renforcé son attrait.»

L’étude révèle que St-Moritz occupe la première place de cet indice. «En juin 2020, quelque 90 résidences de ski étaient disponibles à l’achat, un an plus tard elles ne sont que 20, ce qui a inévitablement impacté les prix. La situation est similaire à Verbier où certaines propriétés ont été vendues à plus de 12% du prix affiché. La station a également atteint un prix de vente record de 30’000 francs du m2 pour un appartement à la revente.»

Report de certaines transactions

Comme l’explique Alex Koch de Gooreynd, responsable du bureau international Knight Frank pour la Suisse, «les potentiels vendeurs ont mis leur bien en location et les parents qui envisageaient de vendre ont mis leurs projets en attente car leurs enfants et autres proches ont voulu profiter des Alpes ces douze derniers mois». Bref, les professionnels du secteur espèrent assister à un «rétablissement des niveaux de stock de biens en vente».

En France, on se rappelle que les stations de ski n’ont pas eu l’autorisation de faire fonctionner leurs remontées mécaniques. Néanmoins, les propriétés ont tout de même continué à changer de mains. «Chamonix (6,1%) et Megève (4,7%) se sont avérées être les premières stations de France, principalement en raison de leur facilité d’accès depuis des villes telles que Milan, Turin et Genève, ainsi que de leur valeur relative.»

«Les stations de moyenne altitude avec un mix d’activités constituant une base idéale toute l’année séduisent un éventail plus large d’acheteurs», explique Roddy Aris, responsable du bureau international Knight Frank pour les Alpes françaises. La station la plus chère de France reste Courchevel 1850, pas étonnant que le groupe Ultima s’y soit installé. «C’est sans doute le marché refuge des Alpes françaises. Les acquéreurs savent qu’ils accèdent à l’une des stations de ski les plus prisées au monde, avec des prestations de service et des infrastructures de premier ordre. Le défi consiste à trouver le stock nécessaire», confie Roddy Aris. La tranche de prix entre 4 et 8 millions d’euros est la plus prisée.

Idéal pour le télétravail?

Comme le confirment l’ensemble des professionnels de l’immobilier, le télétravail a connu un boom grâce à la Covid-19. Reste qu’il faut pouvoir bénéficier d’une connexion haut débit. C’est dans ce contexte que Knight Frank a décidé de créer son propre système de monitoring des stations idéales pour le télétravail à l’intention des personnes qui envisagent de déménager. «Nous avons classé les stations alpines en mesurant la vitesse du haut débit, le choix des commodités par station, la proximité d’un aéroport et le degré d’ouverture aux acheteurs non-résidents.» Chamonix arriverait en tête, devant Megève et Villars-sur-Ollon. Cela étant, l’équipe basée à Londres n’est pas toujours parfaitement renseignée. Ainsi, lorsqu’elle indique faussement que le Magic Pass donne accès au domaine skiable de Crans-Montana. Bonne lecture!

S. G.



Télécharger